En chemin podcast : #2 Nathalie Edlinger De la Gestion de projet informatiqueà la mode enfantine écoresponsable

Une invitation à écouter ta petite voix

Nathalie edlinger podcast 2 Blog

Aujourd’hui, nous avons le plaisir de retrouver Nathalie Edlinger dans le podcast en chemin, pour notre 2e rendez-vous. Si ce n’est pas déjà fait, je vous recommande l’écoute du 1er rdv, diffusé en mai dernier.
Dans ce 1er rdv de podcast, Nathalie Edlinger nous raconte comment et pourquoi elle est passée de Head of product developpement, chez un éditeur de logiciel, à fondatrice de Little Pop qui vous permet de faire du shopping éco-responsable pour vos enfants.

Pour cet épisode de rentrée scolaire, vous aurez en petit bruit de fond les cigales Corse, de quoi vous faire durer le plaisir des vacances. A tout de suite pour continuer l’écouter de l’histoire de Nathalie Edlinger.

Pour écouter le 2ème rendez-vous d’En Chemin avec Nathalie Edlinger
SPOTIFY DEEZER GOOGLE PODCASTS APPLE PODCASTS et YOUTUBE mais aussi EEKO ET Castbox… et ici ☟

Parcours Nathalie Edlinger Little Pop

Quelque part, c’est moi qui suis bête de ne pas l’avoir fait avant. J’ai regardé ce que mes concurrents pouvaient avoir comme code APE, je me suis rendue compte qu’il n’avait pas le même que moi. Et du coup, j’ai fait la demande à l’INSEE de changer mon code APE, ce qui a été très rapide, sous 2 semaines. Le changement du code APE a permis de débloquer le GO du prêt bancaire.

On ne se rend pas compte des répercussions que peut avoir un simple code qui détermine la catégorie dans laquelle l’entreprise est mise par différents organismes. A faire attention !

Se tromper, ça fait aussi partie du job. C’est ça qui est intéressant aussi. Et puis, il n’y a que ceux qui ne font pas, qui ne se trompent pas. On préfère autant les gens qui se trompent. L’important c’est la bonne volonté et puis un peu de bon sens et d’intelligence.

L’important dans une activité, c’est quand même d’aller chercher ce que le client veut et la meilleure chose à faire c’est d’aller lui parler directement.

C’est un peu culpabilisant aussi de se dire : j’ai ma boite, je me barre 5 semaines.

Dans mon développement, j’aurai sûrement besoin d’un 2ème tour de financement. Et la question, c’est qu’est-ce que je veux faire ? C’est ça qui fait vraiment peur.

Il y a un moment, il va falloir accélérer aussi pour pouvoir être plus rentable, développer encore plus et accessoirement pouvoir me rémunérer.

Plus qu’une peur, c’est un blocage blocage : c’est moi, en tant que chef d’entreprise. J’ai l’impression d’être un bébé, alors là j’ai l’impression d’être passée au stade ado. Ça avance. Jusqu’à très récemment, je me sentais vraiment bloquée, à culpabiliser, à avoir le sentiment que je bloquais le développement de l’entreprise. Et, c’est encore une fois, en discutant – sans m’y attendre – avec des gens, que d’un seul coup, je me dis “en fait c’est ça le rôle qu’il faut que j’ai” !

J’ai du mal à trouver mon rôle, parce que je me mets beaucoup de pression.
Je suis convaincue qu’un bon chef d’entreprise, sait dire qu’il ne sait pas, c’est quelqu’un qui sait s’entourer des bonnes personnes.

C’est accepter de grandir avec l’entreprise !

Ce sont toutes ces remises en question qui sont un peu compliquées.

Le boom du confinement n’était pas un épiphénomène. Ça me fait de la chaleur dans le bide, parce que je me dis qu’il y a vraiment quelque chose à faire.

On est pas à l’abri que j’y retourne. Ça reste toujours une option dans ma tête. Little Pop c’est bien, mais peut être que ça s’arrêtera à un moment. On est pas sûre que ça marchera. Je me laisse la porte ouverte dans ma tête, parce que je n’ai pas envie d’un seul coup de me dire ça ne peut pas marcher, il faut que je retourne chercher du travail, je n’étais pas préparée. En vrai, je pense si Little Pop ne marche pas je ne suis pas sûre que je retournerai dans mon métier.

Il y a toujours cette question, de OK si ça ne marche pas, c’est quoi le plan B ?

Le fait de créer une entreprise, te confronte à des facettes de toi que tu n’as jamais exploré. J’ai l’impression de faire des mini accouchements de moi-même. Il faut être prêt à ça.

Je n’ai toujours pas encore réussi à trouver l’équilibre entre Little pop et ma vie perso. Je n’arrive pas à trouver quelque chose d’apaisée.

Il faut apprendre à se connaître, parce que c’est aussi ce qui permet de se faire confiance.

C’est facile de se malmener, c’est facile de se laisser happer par les autres, par un quotidien, par quelque chose qui permet de ne pas se préoccuper de soi et de continuer. Ça peut durer des années.

Pour rappel, pour suivre Nathalie Edlinger et Little Pop

Parce que vous avez envie d’en savoir + sur Little Pop, et je vous comprend voici le lien du site : https://www.littlepop.fr/
Little Pop sur Instagram : https://www.instagram.com/littlepop.fr/
Little Pop sur Facebook : https://www.facebook.com/www.littlepop.fr/

Et Nathalie Edlinger sur Linkedin

Dans cet épisode de podcast, avec Nathalie Edlinger on parle de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Des contenus inspirants tous les vendredis