71 Podcast – Anne-Sophie Vives : De notaire à fondatrice de l’association les BURN’ettes

Anne-Sophie Vives

Aujourd’hui, je vous présente dans le podcast Anne-Sophie Vives.
Comme je vous le disais il y a 15 jours, dans la vie il faut être patient. En effet, aujourd’hui j’ai le plaisir de vous présenter une nouvelle femme exceptionnelle, que je devais interviewer en mars 2020. Un grand merci à Margot grâce à qui j’ai découvert les BURN’ettes et Anne-Sophie.

Après une brillante carrière dans le notariat, le corps d’Anne-Sophie lui a dit stop. Après un an de convalescence suite à son burn-out, elle a décidé d’aider toutes les femmes qui traversent cette épreuve. Anne-Sophie est aujourd’hui la présidente de la magnifique association les Burnettes, je ne vous en dis pas plus, je vous souhaite la bienvenue dans l’univers d’Anne-Sophie Vives.

Pour écouter l’épisode de podcast avec Anne-Sophie Vives sur SPOTIFY DEEZER APPLE PODCASTS GOOGLE PODCASTS YOUTUBE mais aussi Castbox, Eeko… et ici ☟

L’objet choisi par Anne-Sophie Vives dans le podcast
Pour en savoir + sur Anne-Sophie Vives suite à l’écoute du podcast

Par le dessin, j’ai essayé de parler de mon histoire car je n’arrivais pas à en parler.

Enfant, j’étais plus heureuse dans mon imaginaire que dans la réalité.

J’avais une fascination et un rejet, une peur de la mort, mais ça me permettait de maîtriser cet aspect-là qui me faisait si peur et m’angoissait.

Je vais toujours vers des choses qui me challengent.

Quand tu ne sais pas vraiment qui tu es, c’est compliqué de savoir qu’est-ce que tu vas faire dans la vie.

Dans ma famille, le travail c’est important.

Avec moins d’argent, parfois tu peux faire beaucoup plus de choses, peut-être moins extraordinaires mais qui te correspondent bien.

On s’est retrouvé de Melbourne à Paris, moi la provinciale complètement déphasée.

Pour certaines femmes, la grossesse c’est le moment le plus épanouissant de leur vie, pour moi ça n’a pas été le cas.

J’avais l’impression de passer à côté de mes enfants à un moment donné, je bossais tellement.

On est dans une société où il faut se montrer sous son meilleur jour, donner le meilleur de soi-même. Par contre, quand on est au plus mal, on se cache.

Tu soignes un burn-out comme tu soignes une jambe cassée mais avec du temps.

C’est compliqué de savoir quel est le sens dans ta vie, surtout quand tu es une touche-à-tout.

On peut faire un bilan de compétences pendant son arrêt de travail.

Pour une association, le temps que tu montes le projet, que tu fasses tes preuves, que tu obtiennes les subventions, tu as au moins 1 an de délai.

Il y a des activités qui te donnent de l’énergie et certaines qui t’en prennent.

C’est important d’avoir une notion pluridisciplinaire du burn-out.

L’après burn-out peut être une véritable chance.

J’ai l’impression d’être utile et de faire avancer la cause.

J’ai plus de fierté aujourd’hui qu’avec mon barda de diplômes.

Je pousse tout le monde à se libérer de la perfection. Je pousse tout le monde à valoriser ce côté imperfection qui nous libère tellement de la pression qu’on peut avoir.

Le burn-out ça m’a fait changé ma vision de la réussite avant c’était avoir un métier reconnu, avoir de l’argent, cette reconnaissance sociale. Aujourd’hui, c’est être bien. On a qu’une vie.

Tu vois on peut être différente, être dans ses rêves et y arriver.
J’admet aujourd’hui que je suis imparfaite, et je le revendique.

J’y suis allée avec une énorme candeur, qui vu de l’extérieur paraissait complètement inconscient, je pense que ça a été ma force aussi de ne pas avoir de frein. De tout oser !

Quand tu passes à côté de la mort, tu vois la vie autrement et tout est possible.

La 1ère fois que je me suis posée la question par rapport à un boulot j’avais 36 ans. J’ai quand même perdu bcp de temps, bcp d’années de souffrance, bcp d’années où je suis allée contre mes convictions, contre mes valeurs.

Je veux vraiment que les gens se disent, on a le droit de faire autre chose même si on a pas le diplôme, qu’avec la volonté, les appétences qu’on peut avoir on peut se transcender aussi. Aujourd’hui, je me suis plus compétente dans ce que je fais que dans le domaine où j’étais avec les bardas de diplômes qu’il fallait. S’autoriser à voir à 360° et ne pas se mettre dans des cases.

Les objets choisis par Anne-Sophie Vives dans le podcast

Pour en savoir + sur Anne-Sophie Vives suite à l’écoute du podcast

Anne-Sophie Vives sur linkedin
Le site de son association : https://lesburn-ettes.com

Pour en savoir + sur le cahier de ta petite voix « Ce que j’aime et dont je rêve »

https://www.pourquoipasmoi-boutique.fr/

Laisser un commentaire

pop up newsletter

%d blogueurs aiment cette page :