#30 Podcast – Stéphane Soumier : la petite voix du grand reportage

Une invitation à écouter ta petite voix

Stéphane Soumier podcast

Dans l’épisode de podcast de la semaine dernière, avec Augustin de Michel et Augustin, je vous avais promis l’idole des entrepreneurs. En tant que femme et amie de beaucoup d’entrepreneurs, je peuxvous dire, que je sais de quoi je parle. J’ai donc contacté Stéphane Soumier sur linkedin, et pour mon grand plaisir, il m’a dit oui !
J’avoue avoir été un peu déroutée au début de l’interview, vous comprendrez pourquoi en l’écoutant, mais cette conversation est largement à la hauteur de mes espérances.

Stéphane Soumier fait des études de journalisme, commence sa carrière chez Europe 1 en tant que reporter, puis grand reporter de guerre puis Rédacteur en chef. 6 années plus tard, Stéphane Soumier est une des figures emblématiques de BFM Business. Aujourd’hui, Stéphane Soumier a 55 ans, et est le président de B-smart TV. Je vous souhaite la bienvenue dans l’univers de Stéphane Soumier dans ce podcast.

Pour écouter le podcast avec Stéphane Soumier
sur SPOTIFY DEEZER GOOGLE PODCASTS APPLE PODCASTS et YOUTUBE mais aussi EEKO ET Castbox… et ici ☟

Listen on Apple Podcasts

Pourquoi je suis devenu journaliste ? C’est un film “Under Fire”, il racontait très très bien la vie d’un grand reporter. Et je me suis dit, tiens je veux faire ça. Comme ça collait bien avec mes capacités, j’ai passé le concours d’une école de journalisme.

Le 2 août 1990, Saddam Hussein envahit le Koweït, et il n’y a personne d’autre dans la rédaction que moi. Je suis à Europe 1 depuis 2 petites années, il n’y a que moi, donc je saute dans l’avion. J’y vais !

On dit toujours, la chance ça se provoque. En l’occurrence, oui. On était un tout petit groupe et on y passait nos jours et nos nuits à la rédaction. C’était notre passion absolue. Vous étiez là au moment où ça se passe.

C’était un rêve devenu réalité, donc j’allais au bout.

Je suis sorti du terrain, à la naissance de mon 1er enfant.

Comme me disait mon grand maître, Jérôme Bellet, des reporters j’en trouve partout. Des dirigeants, ou des bons présentateurs c’est beaucoup plus compliqué, et il avait raison.

C’est un métier d’énergie, d’étonnement et de découverte et vous tombez assez vite dans une forme de banalisation de ce que vous voyez.

Etre au placard c’est très très dure, surtout dans une rédaction que vous avez quasiment dirigé.

Ça avait été tellement un enfer, que pour moi ça avait duré 3 mois. Mais non, 16 jours ouvrés.

Alain Weill me dit, vous allez faire BFM Business et puis quand on sera prêt, vous viendrez faire la TV avec nous. Je découvre ce monde de l’entreprise, de l’économie que je ne connais absolument pas et qui me séduit énormément. Quand BFM TV est prête à démarrer, à partir sur des chapeaux de roue. Je dis à Alain Weill, en fait non, je vais rester à faire BFM Business, ce qui le contrarie énormément. Vraiment ils ont essayé de tout faire pour me convaincre. Mais non. J’avais compris qu’il y avait là, une capacité de faire du grand reportage, sans partir aux 4 coins du monde. Parce que l’aventure entrepreneuriale, est une aventure exceptionnelle. Vous receviez les aventuriers dans les studios, et vous racontiez cette aventure et c’était après 20 ans de journalisme classique, c’était une manière de se réinventer, qui était formidable. Et pour le coup, je ne l’ai jamais regretté.

A un moment vous ne parlez plus que de ça, ça devient une passion.

D’abord je n’avais pas trop le choix, parce que j’étais quand même dehors et que j’ai 4 enfants. A un moment, il fallait assurer.

Ce monde de l’entrepreneuriat, ils trouvent tous ça parfaitement normal, et assez séduisant finalement, quelqu’un qui débarque pour se réinventer, ils le font tous.

L’entrepreneur c’est une prise de risque absolu. Je ne suis pas entrepreneur.

Je me suis retrouvé avec trop de responsabilité sur la tête.
On revient sur le rhinocéros, je pense qu’il y avait un chemin très précis à emprunter pour BFM Business. Je pense que la seule valeur pour l’audiovisuelle économique en France, est d’aller vers quelque chose de très B2B. Et ça ce n’est pas la voie que voulait suivre Alain Weill.

Vous rentrez dans le management de changement, et un rhinocéros, ce n’est pas très bon pour le management du changement.

Le management du changement, comme me l’a dit un grand patron, c’est un métier en soi. Là, j’ai échoué et donc à ce moment là, la masse de responsabilité que vous avez, l’ensemble de l’énergie que vous mettez pour entrainer l’entreprise dans cette direction, tout ça à un moment ça fait trop. Ça ne marche plus. Et comme vous avez consacré toutes les responsabilités sur vous, la marche arrière est très compliquée à faire. Donc il faut partir.

C’était très léger, mais c’était une forme de burn-out. Je suis parti en vacances au ski, sans les enfants, pour la première fois depuis 20 ans. Ce qui aurait du être une semaine de vacances de rêve, je n’avais que BFM Business en tête. Je n’ai pas pu m’en extraire. Et donc ça, ça il ne faut pas. Je suis rentré et j’ai dit stop c’est fini.

Vous savez que vous rentrez, vous êtes encore plus usé que quand vous étiez parti. Vous n’avez plus d’idée, tout le monde vous énerve, là, le rhinocéros se met en colère. Et quand le rhinocéros se met en colère, il se met à faire n’importe quoi. Et donc ça peut faire du dégat, sur les gens que vous aimez. Je parle dans la rédaction.

Dimanche soir, je réunis tout le monde, et je leur dis, lundi matin, je vais leur dire que c’est fini. Ma femme, mais tu fais quoi d’autre ? “”Je n’en sais rien” “Ah”. Et les enfants, qui sont grands, « Oui va-y Papa, tu es devenu chiant, il faut que tu en sortes”.

Quand vous commencez à partir en vrille, vous ne vous en rendez pas compte. C’est ça la leçon. Il faut faire très attention à ça.

C’est le contre coup de concentrer tous les pouvoirs. Au moment où vous dites je m’en vais. Tout le monde dit “ahhh”, comment on va faire ? Comme c’est un entrepreneur extraordinaire, il s’en doutait.
“Stéphane on est d’accord, on est des grandes personnes, il n’y a pas de retour en arrière”

Je n’avais pas envie de refaire la même chose. Vous avez fait une indigestion, vous ne pouvez plus en manger. Je n’allais pas être Dir Com d’une grande boite.

Le sentiment d’isolement, sans doute le plus dure pour un manager en transition.

C’est très facile pour les gens de la radio de faire de la TV. Parce que vous gérez le silence.

Un message qui reste gravé, “je ne sais pas ce que vous allez faire, mais je vais le faire avec vous”: Denis Olivennes

Les premières interviews que je faisais, j’appelle ça les interviews en langues étrangères. Je comprenais un mot sur deux, quand même. Mais quand je m’en souviens, comme vous n’avez pas le choix. Vous allez sauter, vous ne savez pas faire de parachute. Vous êtes bien obligé d’apprendre à faire du parachute. Je ne crois pas que vous le vivez comme un moment désagréable, vous le vivez comme un moment intense.

J’ai toujours eu devant moi une route dégagée. On s’est dit ça va être un colossal effet déceptif, parce qu’on a 10 fois moins de moyens que chez BFM Business. Et il va falloir assumer ça. Et à l’arrivée, même pas. C’est surprenant. Les gens veulent du fond.

Le degré de plénitude, grandit avec les années. Tu vois arriver la soixante avec appétit.

Ma femme, si elle n’avait pas été là, une immense partie de tout cela n’aurait pas été possible. Jérôme Bellet, il a débarqué à Europe 1, il a dit “qu’est-ce que c’est que ce rhinocéros, il me casse les couilles celui là », et puis après, c’est devenu mon maître. Et puis ensuite, Alain Weill qui m’a fait confiance. Car je fais le malin là, mais quand tu te retrouves après, dans la rédaction que tu avais quasiment dirigé, au placard, avec un gars qui dit que tu es la dernière des… Tous les jeunes gens qui te regardaient un peu comme la réincarnation du Dalî Lama, et qui là se disent en fait “pouff, pas grand chose Soumier, il se retrouve un peu comme un con”. Je fais le malin, mais quand il y a un gars qui appel qui dit, je crois en vous, en l’occurrence Alain Weill, ça va. Vous pouvez pour le restant de vous dire, lui devoir une belle chandelle.

Découvrez l’objet qui représente Stéphane Soumier dans le podcast

Jamais un invité n’aura autant cité son objet dans tous les épisodes 🙂

Pour suivre Stéphane Soumier et B-smart TV

Le site web : https://www.bsmart.fr/

Dans cet épisode de podcast, on parle de

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Des contenus inspirants tous les vendredis