67 Podcast – Laëtitia Milot : la petite voix de faire parvenir des émotions

Blog-laetitia-milot

Quel plaisir de vous retrouver aujourd’hui pour ce nouvel épisode avec une femme exceptionnelle. Ce qui m’a plu avec Laëtitia, en dehors du fait que ce soit une femme d’une grande générosité, c’est que le Pourquoi pas moi s’applique à la fois dans sa vie personnelle avec son désir d’être mère et dans son parcours professionnel. Je ne vous en dis pas plus, je vous souhaite la bienvenue dans l’univers de Laëtitia Milot.

L’objet choisi par Laëtitia Milot dans le podcast
Pour en savoir + sur Laëtitia Milot suite à l’écoute du podcast

Pour écouter l’épisode de podcast avec Laëtitia Milot sur SPOTIFY DEEZER APPLE PODCASTS GOOGLE PODCASTS YOUTUBE mais aussi Castbox, Eeko… et ici ☟

Je voulais être danseuse ou vétérinaire.

Je suis rentrée au conservatoire à 7 ans.
A partir de 17 ans, je me suis lassée de danser 4h par jour. J’ai fait mes premiers pas au théâtre et ça m’a plu.

A 17 ans, j’ai joué dans ma première pièce de théâtre, j’avais un rôle principal. J’ai beaucoup aimé et je me suis dit je monte à Paris, je vais faire ça. 

13:29 Pour mes parents j’allais être professeure de danse, ou ballerine, ou danseuse étoile.
Quand je l’air annoncé que je laissais tomber et que j’allais me mettre au théâtre, ma mère à mieux réagit que mon papa. Mon papa était un petit réfractaire par rapport à ça.

Je me suis retrouvée avec des chutes, mais je suis assez téméraire.

J’ai fait plein de petits travails, parce que je voulais faire mes cours de théâtre. J’ai fait vendeuse, caissière, serveuse…
J’ai fait pas mal de figuration au départ dans des films.

J’avais casting magazine. J’avais été retenue pour un shooting photo. J’étais super contente.

19:08 Les castings télévisuels, je me faisais refouler beaucoup. Le 1er rôle un peu bien, avec 3 scènes, c’était une femme d’honneur.

Je démarchais des agents, mais personne ne me voulait.

21:40 J’allais voir les grandes production, je me présentais avec mon petit composite, je leur disais « je suis au cours Florent… », ils me répondaient « laissez moi votre CV, votre composite » et jamais on ne me rappelait.

27:07 Ces drames permettent d’être la personne qu’on est aujourd’hui. Ça veut dire être plein de positivité, et d’essayer de ne pas se prendre la tête pour des futilités. Ça permet de relativiser la vie. Le destin, la vie nous amène vers des choix à faire, des épreuves à traverser. Ces épreuves, il faut en faire des forces.

Je me suis dit : j’ai un impact donc il faut parler. Si tu fais ce métier, ce n’est pas pour rien, donc il faut parler des choses, des sujets importants et essayer d’apporter ma petite touche dans ces causes.

C’est juste magique. On se pince tous les matins pour savoir si on est dans un rêve. Même si il y a eu beaucoup de boulot pour tout ça, c’est vrai que quand on arrive sur le 1er jour de tournage, on se dit ça y est.

Quand je fais un film ou que j’écris un livre, ma principale inquiétude c’est le public.

J’ai toujours eu envie d’écrire un thriller.

Quand j’écris ou quand je tourne un film – je choisis les projets en fonction de ça – c’est pour défendre quelque chose, un sujet dont j’ai envie de parler.

Elle me guide mon intuition. Il y a des raisons à tout, c’est ce qu’il faut se dire.

Quand on rencontre une personne par hasard, ce n’est pas un hasard, c’est un rendez-vous.

Je célèbre oui et non, parce que dans ce métier il n’y a rien qui est gagné.

1:03:40 Je fais ce métier parce que j’aime transmettre des émotions, j’aime avoir des émotions parce que je suis très sensible. J’aime en recevoir, j’aime en donner. Succès ou pas, tout ce que je demande c’est d’exercer ce métier et que ce soit sur les planches ou à la télé et de donner le maximum d’émotions.

Je fais des projets qui n’arrivent pas à bout, mais tant pis, ce n’est pas grave c’est le métier !

Je me suis dit pourquoi pas moi, en voulant un enfant. Je l’ai dit tous les jours « pourquoi pas moi ».

1:05:40 La réussite c’est d’aller au bout de ses rêves. Vous avez envie d’écrire, écrivez lancez-vous, allez jusqu’au bout, donnez vous les moyens. Vous avez envie d’être artiste, d’être chanteur, d’être comédien – peu importe ce que vous avez envie de faire – donnez-vous les moyens et foncez ! Il faut avoir cet espoir et ses rêves en tête et il faut tout faire pour réaliser ses rêves.

Peu de gens dans l’éducation nationale croyaient en moi.

Les renoncements… c’est en des projets.

Je suis fière de ma fille, de ma mère.

1:17:32 : Y croire ! On ne croyait pas en moi plus jeune. J’ai envie de dire à tout le monde, oui c’est possible, croyez-y et allez jusqu’au bout de vos rêves. On ne me l’a pas dit, et j’aurai aimé l’entendre. Rien n’est impossible. Essayez d’aller jusqu’au bout, même si parfois c’est très très dure. Ne perdez pas espoir. Impossible n’est pas un mot français.

Merci la vie. La vie est courte, elle peut s’arrêter demain, elle peut s’arrêter tout de suite. Même si ce n’est pas facile tous les jours, que vous traversez une période très noire, la vie est toujours là et donc tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir. Vraiment !


Pour en savoir + sur Laëtitia Milot suite à l’écoute du podcast

Laëtitia Milot sur instagram

Le dernier Roman de Laëtitia aux Editions Plon : Sélia

Le bilan de compétences nouvelle génération, dont je vous parle au début de l’épisode.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :