En chemin podcast : #3 France l’Huillier de Marketeuse à Kinésiologue

france l'huillier podcast rdv3

Je suis très heureuse de retrouver France L’Huillier pour notre 3e rdv dans le podcast. Depuis mars dernier, je retrouve France L’Huillier dans le podcast #EnChemin. France est en pleine reconversion professionnelle, a quitté son poste de marketeuse à succès pour devenir kinésiologue. Son cabinet a été lancé en février 2020, nous sommes en décembre 2020 retour sur les 3 derniers mois : ses joies, peurs et le rôle de son entourage. Pour écouter les 2 premiers épisodes, c’est par ici.

Pour écouter l’épisode de podcast avec France L’Huillier sur
SPOTIFY DEEZER GOOGLE PODCASTS APPLE PODCASTS et YOUTUBE mais aussi EEKO ET Castbox… et ici ☟

Listen on Apple Podcasts

Les meilleurs citations de l’épisode de podcast avec France L’Huillier

Je t’avoue que je n’ai pas fait de business plan. Je ne veux pas me mettre d’objectifs hyper concrets. Je n’avais pas envie de me mettre un stress, une contrainte. Car je suis assez forte pour me mettre des objectifs qui sont hauts. Pour une fois, j’ai tempéré un peu.
J’ai juste calculé mon seuil de rentabilité dans le mois, que j’ai atteint dès le mois de juin.

En juillet, j’en étais à une étape où je me disais, je suis bien partie, je suis rassurée pour les 2 mois prochains. Là, aujourd’hui je me sens vraiment lancée.

Vers la mi-septembre, j’ai essayé la pub sur Google, sans dépenser un budget de dingue.
Pour au départ me dire ah j’ai une petite crainte, et en fait je me lance, on verra bien. J’ai lancé la campagne un soir rapidement avant d’éteindre mon ordinateur en me disant, allez j’y vais hop ! Oui, peur en me disant, si je me lance qu’est-ce que ça fait ? De toutes les façons tu peux réappuyer sur le bouton pour mettre stop. Pour l’instant je n’ai pas envie de l’arrêter.

Je me sens de plus en plus à ma place dans cette position. J’étais déjà hyper à l’aise pendant l’été, parce qu’avais franchi un cap en terme de pratique et là encore plus. Et du coup, je suis vraiment très contente parce que ça marche sur les différents plans. Après, ça ne veut pas dire que par moment il n’y a pas des hauts et des bas, re-des coups de stress.

Les petits démons qui viennent : tu as des annulations et tu dis merde ahhaha pourquoi j’ai des annulations ? Je sens que je compte encore le nombre de consultations que j’ai par mois et par semaine.

J’ai eu l’impression d’être épuisée. Il y a eu une phase d’adaptation.

J’ai beaucoup plus de recul, ça se passe très bien.

C’est un peu comme dans tout, quand à un moment tu es fatiguée, donc tu vas moins bien, tu te mets un peu plus à douter ou les petits démons reviennent. Tu dis : stop qu’est-ce que j’en apprends de ça ? Qu’est-ce que j’en apprends ? Oui je vais fermer un créneau de consultation (pour déjeuner) et ce n’est pas dramatique. Tu as 10 consultations dans la journée, je pense que tu peux te dire France que c’est bien. Alors qu’avant je me disais, c’est bien mais il faut toujours plus. J’ai le droit d’avoir des semaines où j’ai moins de boulot, et ça ça faisait partie de mes schémas, que je pensais avoir réussi à dompter.

Septembre et octobre je dormais mal. Depuis la rentrée je suis allée 2 fois chez l’osthéo.

Dans les limites que je me pose : je suis allée voir une numérologue au mois d’octobre. Sur mon temps de travail, je vais aller voir une numérologue, car c’est du travail de travailler sur moi, de découvrir d’autres techniques.

De me dire il y a des choses que j’ai le droit de faire sur mon temps de travail, sans travailler absolument. C’est nouveau quand même pour moi.

Réussir à mettre plus de limite, ça a été aussi mon travail des 3 mois. En te parlant, ça me fait me dire que j’ai passé un autre cap. J’en aurai encore plein d’autres à passer, donc c’est chouette.

– Pour le cabinet, continuer à remplir mes créneaux
– Développement de la kinésiologie, je commence à mettre une croix sur la partie entreprise pour début 2021

J’aimerai faire des ateliers ; travaillez sur vous même, les émotions c’est hyper important pour vous sentir bien là où vous êtes, dans votre corps. Sans amener tout le monde à changer de vie. Ce n’est pas parce que je l’ai fait que tout le monde doit le faire. En revanche prendre conscience de son ressenti, de ses émotions bloquées pour être bien là où ils sont et vivre dans le présent. Parce qu’en fait on vit soit dans le passé, soit dans le futur en anticipant. Quand on est pas dans le présent, on ne voit que le stress de l’anticipation et le négatif de ce qui s’est passé avant, qu’on ressasse. Les deux ne permettent pas de lâcher prise.

Si cette action n’est pas rentable, ce n’est pas grave. Moi ce que je veux c’est le bien-être des gens. Je ne suis pas le sauveur du monde, mais je veux quand même que les gens aillent mieux.

J’ai une formation que j’ai démarré, il faut que je travaille là-dessus et justement par rapport à ma formation de kinésiologie, que j’ai fait en parallèle de mon boulot la dernière fois, où franchement je bossais la nuit. Là, je ne veux plus bosser la nuit, ou en tout cas de temps en temps le soir, mais pas la nuit. Le 3h du matin pour apprendre tes cours, ça je ne veux plus.

C’est peut-être un des objectifs que j’aimerai me fixer pour les 3 prochains mois c’est de réussir à cadrer cela dans ma tête. Réussir à me dire c’est quoi ton but, sans forcément me dire, le but si je le fixe, il faut que je l’atteigne tout de suite. Ça, c’est ma problématique.

Réussir à décoreller, ce dont j’ai envie, quelle est mon idée, quelle est mon ambition et comment est-ce que je peux l’atteindre et quand. Ça ce n’est pas très grave. Et si il y a des barrières, aujourd’hui il y a la barrière, mais je peux quand même avancer.

(Pendant la formation en réflexes archaïques)
J’ai eu l’impression d’avoir autant de soleil à l’intérieur qu’à l’extérieur.

Je vais le tester sur mes enfants et mon mari, chose que j’avais été incapable de faire pour la kinésiologie, parce que ça me stressait. Parce que, je pense je pense que j’avais un énorme syndrôme de l’imposteur et là en fait aujourd’hui. Non, je ne l’ai pas. Je n’ai qu’une envie c’est de jouer avec eux.

Mon objectif, 1er trimestre 2022 : pouvoir me payer.

Au fond de moi, je m’interdisais de travailler. Comme je n’étais pas au clair avec le truc, je m’empêchais de faire. Là où avant, je ne me serai jamais occupée de moi. Je me suis dit tout de suite tu prends en main ta vie. C’est une émotion qui est bloquée. Vas-y !
J’étais en opposition à l’intérieur.

C’est violent de te dire que tu as une émotion qui te créé une tendinite. Je ne le subis pas, parce que je m’occupe de mon corps. Je me dis c’est un messager. C’est mon messager pour m’indiquer qu’il y a vraiment un truc qui ne va vraiment pas. Ça me fait marrer de me dire, qu’en fait je communique comme ça.

Mon corps me parle assez violemment, mais à partir du moment où je le connais, où je le sais, j’en prends soin et du coup ça m’aide à avancer. Plutôt que de garder les trucs pour moi, il y a des choses qu’il faut que je dise car si non ça sort autrement et c’est vachement plus violent.

Réjouissance des 3 derniers mois : De réussir à avoir mon agenda plein.
Je suis très fière de mon évolution, dans ma pratique de kinésiologue car c’est juste le résultat du fait que ma pratique, je suis bien avec, je suis honnête et sincère avec moi-même et avec les autres. Et en fait, je suis fière d’en être arrivée là. Non pas que je ne m’en sentais pas capable, mais en fait j’étais dans l’inconnu..
Je ne dis pas que tout est acquis.

Les grandes difficultés pendant ces 3 derniers mois :

Mes petits démons à moi, avec ce « je n’ai que 8 consultations cette semaine » « mais réjouis-toi, il y a 4 mois tu n’avais rien ». Du coup à chaque fois de me dire « je me remets en cause, c’est débile !. Me connaître mieux moi-même.

J’offre tout le temps le livre de Maud Ankaoua, Kilomètre Zéro. Je veux bien un partenariat avec Maud Ankaoua. Je l’ai lu post confinement, et j’ai commencé à l’offrir à des gens avant l’été – globalement c’est plus mes patients. C’est un peu mon petit goodies à moi.

Prochain défi : continuer à développer le cabinet, mes compétences croisées avec les réflexes archaïques.
Continuer à me sentir à l’aise.

Il y a plusieurs fois le mot dépression qui est sorti avec des patients. On a une image de la dépression qui est catastrophique, on se dit que ce n’est que du bad. Mais en fait c’est la dé-pression. On enlève la pression. Je pense qu’il faut y mettre du positif. C’est enlever la pression pour remettre une pression positive. C’est peut-être le côté positif.

Je pense qu’au fond de moi, j’ai toujours eu ce truc de je ne me sens pas capable.

J’ai cette spiritualité, qui pour moi est importante et pour les cathos pratiquants que je fréquente, faire de la kinésiologie, est-ce que ce n’est pas un peu des trucs bizarre ? Est-ce que c’est en lien avec la pratique religieuse ? Pour moi, oui, j’estime que je suis encore plus à fond dans ma foi, sans être dogmatique, depuis que je m’assume mieux. Où grâce à cette pratique, je vois un sens de dingue dans le bien-être et le développement personnel.
Si il y a bien un défi, que je souhaite à tout le monde de découvrir c’est s’assumer, une vie qui te convienne qui que je sois et où que tu ailles, sans faire des trucs complètement fous et absurdes.

Maintenant j’ose plus !
Maintenant je m’assume.

Merci la vie, pour tout ce que ça apporte de hauts et de bas. Tous ces bas ça apprend quelque chose.
Merci à toi, parce qu’en fait, je me rends compte qu’au bout de 9 mois ça m’aide de parler de moi et de mon projet. En fait, c’est un super beau souvenir pour moi et mon entreprise, d’avoir mon épisode 1-2-3. Je n’ai pas réécouté l’épisode 2, mais je me souviens comment j’étais à chaque épisode et où j’étais. La dernière fois je n’avais pas de bureau dans ma maison, maintenant j’ai mon espace à moi. Je trouve que c’est un super beau cadeau que tu me fais, pour me souvenir de mon développement.
Merci toujours à mon mari.
Merci à tous les gens qui écoutent le podcast et qui m’ont envoyé des messages. Ça fait chaud au coeur, et ça porte vachement. Et c’est un autre moyen aussi pour moi d’aider. Et j’ai aussi des patients qui viennent grâce à ça.
C’est plein de petites pépites qui me montrent que je suis au bon endroit.
Merci à mes parents parce qu’ils s’intéressent vachement à mon projet. Ils sont super contents pour moi.
Sans dire que je le ferai avec plaisir, avant le 1er confinement je me disais je ne veux surtout pas leur demander de l’aide, si je dois fermer encore longtemps. Autant là, je me suis dit : si je dois fermer, je sais qu’ils reconnaissent que j’ai déjà évolué et que ce que je fais c’est bien, ça a du sens. Et du coup, sans me dire que j’avais besoin de leur prouver quelque chose. Aujourd’hui, je me suis prouvée à moi-même que j’en étais capable et comme ils s’y intéressent, en fait je leur demanderai peut-être.

Envoie d’en savoir plus sur France L’Huillier ?

Suite à l’écoute du podcast, vous voulez allez sur le site de France l’Huillier, Kinésiologue : bordeaux-kinesiologue.fr
Le compte Instagram
La page Facebook

Dans cet épisode de podcast, avec France l’Huillier, kinésiologue on parle de

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

podcasteo

%d blogueurs aiment cette page :