#33 Podcast – Audrey Carsalade : D’une grande maison de luxe à Coach Naturopathe

Audrey Carsalade podcast

Dans le cadre d’un projet, dont je ne vous ai pas encore parlé, j’ai été mise en relation avec Audrey Carsalade. En écoutant son histoire, il était une évidence que j’avais envie de l’avoir derrière mon micro, pour le podcast. Pour plus de conseils pour écouter votre petite voix, je vous concocte chaque vendredi une newsletter, avec tout mon coeur. Je vous en ai également parlé dans l’épisode spécial la semaine dernière, convaincue que le bonheur passe par la connaissance de soi, j’ai créé un magnifique petit cahier à offrir à nos enfants pour leur permettre d’écouter cette douce mélodie de leur petite voix. Plus d’info, ici.
Revenons-en à Audrey, Audrey a fait l’ISC et après 12 ans dans une grande maison de luxe, Audrey a décidé d’écouter son corps. Elle a donc quitté sa vie parisienne pour aller vivre dans le Sud où elle est devenue naturopathe, coach, auteure et conférencière.
Je vous souhaite la bienvenue dans l’univers d’Audrey Carsalade.

Pour écouter l’épisode de podcast avec Audrey Carsalade

Pour écouter le podcast avec Audrey Carsalade sur SPOTIFY DEEZER GOOGLE PODCASTS APPLE PODCASTS et YOUTUBE mais aussi EEKO ET Castbox… et ici ☟

Listen on Apple Podcasts

Les meilleures citations d’Audrey Carsalade

J’étais une petite fille, au début, assez douce et assez peureuse, introvertie et très rapidement j’ai vraiment changé, je suis devenue un boulet de canon.
Je pense que c’est les expériences de vie, que j’avais ça en moi simplement. Que je n’avais pas confiance ou je n’avais pas trouvé finalement la bonne voie.

J’aimais bien remettre les choses en question et ne pas prendre les choses pour acquises. J’avais une admiration, sans être groupie, pour des gens qui étaient alignés avec ce qu’ils disaient.

Je sais qu’il ya des gens qui naissent comme ça ils enchaînent les passions. Tu vois, moi pas trop. Ma passion c’était de faire la fête et d’être avec mes amis, j’étais hyper sociable. Maintenant, oui je suis une grande passionnée, parce que j’ai trouvé en fait cette fameuse petite voix, mais pas avant.

J’ai vraiment hésité, ce qui était très en vogue c’était les écoles de commerce, tout le monde faisait une école de commerce et j’avais envie d’être avocate aussi. Simplement, alors déjà, encore une fois j’avais un peu ce poil dans la main. Je me suis dit j’en ai pour dix ans, ça me paraissait quand même très long, il y avait des concours. Et puis aussi, moi j’avais envie de défendre la veuve et l’orphelin et je savais je n’arriverai pas à gérer si je dis je me mettais à défendre quelqu’un en qui je ne crois pas. Déjà, il y a là une notion d’engagement et de volonté de changer. En fait, j’avais vraiment ce côté écorchée vive qui était présente.

J’ai quitté cette vie, parce que je n’évoluais pas. Je pense que quand tu ne dois pas évoluer, tu n’évolueras pas. Il y a un truc de destin ! Quand le destin veut t’emmener quelque part, tu peux y aller, tu n’évoluera pas.

Pour moi, une journée sans rire, c’est une journée de perdue. Je défends cette idée que tu peux être hyper rigoureux dans ton travail et avec les personnes avec qui je collabore je me marre, car pour moi sinon c’est une journée de perdue.

Ce qui m’a remis en question, c’est que je suis allée au bout de ce que je pouvais donner pour rentrer dans la société. C’est à dire j’avais un job qui était chez Hermès donc à l’extérieur c’était vraiment la carte de visite. Je rigolais en disant, je pourrai faire le job le plus pourri du monde, à partir du moment que c’était chez Hermès c’est forcément « so glamour ». Et dans ma vie perso, aussi, j’arrivais à un point où je me retrouvais enfermée et en fait ça m’a pété au nez où j’ai fait des crises d’angoisse. Donc j’ai vraiment vécu sept ans de crises d’angoisse.

Aujourd’hui, moi je suis capable de comprendre les gens qui pensent au suicide. Parce que moi j’y ai pensé. J’y ai pensé, en me disant, ce n’est pas possible en fait. Et c’est pour ça que j’ai cette soif de vie inarrêtable. Je refuse, je ne peux pas vivre comme ça sous cloche, où il faut que je regarde à chaque fois où je peux pas partir en vacances, ou je suis ultra limitée dans tout ce que je fais. Alors que pour moi, ce qui est le plus important dans la vie, c’est ma liberté. C’est ça qui est intéressant dans la vie ; on m’a privé de ce que j’aimais le plus, pour que j’ai encore plus envie de le reconquérir.

Je regardais cet océan à perte de vue, j’avais les cheveux emmêlés et tout d’un coup j’ai eu l’impression comme d’enlever un sac poubelle de mon visage. Et je me suis rendue compte que j’allais bien, qu’en fait j’allais super bien, c’est juste que je n’étais pas à la bonne place. Que là, je me sentais vivante et que dans mon boulot, dans ma vie à Paris, j’étais morte et que du coup après c’est devenu une évidence que je ne pouvais pas accepter ça. Je me suis dit qu’en fait je vais bien, je n’ai plus de crise d’angoisse, j’avais l’impression de respirer c’était vraiment un voyage exceptionnel, ça m’a transformé tout simplement.

Expliquer que tu deviens fou, ça fait peur aux gens. A toi aussi ça fait peur.
Tu ne peux plus te faire confiance, parce qu’à un moment tu sais que ton cerveau peut partir dans tous les sens et tu ne pourras plus contrôler.

Je suis partie parce que c’était une évidence, je suis partie parce que je ne supportais plus Paris.

Je suis partie parce que je savais que je voulais quitter Paris, je savais que je voulais ne plus être chez Hermès, je savais qu’il fallait que je parte.

Quand c’est le bon moment, les choses se mettent sur ta route. Je me suis dit, comment je peux partir ? Parce que quand même, tu pars et en plus moi je n’avais pas de passion, pas de projet b, je n’avais rien, je savais juste qu’il fallait que je m’en aille. Ce n’est donc pas lourd dans le bagage. Du coup, j’ai pris du temps et j’ai rencontré quelqu’un qui avait fait, comme par hasard, une année sabbatique. Et donc quand j’ai discuté avec elle m’a dit c’est ultra simple. Et donc en fait, je savais que je partais.

C’était assez incroyable, en fait quand tu es convaincue et que tu es alignée, on peut dire n’importe quoi tu as toujours une réponse.
En fait, tu es alignée donc on peut rien te dire parce que tu es sûre de toi. Et quand tu es sûre de toi et que tu es alignée, tu n’es même pas en train de mentir.

C’était assez anxiogène, parce que je recommençais tout en fait. C’est anxiogène parce que je recommençais tout à zéro : ma vie perso, ma vie pro, ma vie amicale.

En commençant à chercher, je me suis rendue compte que j’étais passionnée par l’alimentation. Je suis tombée sur une école de naturopathe à Nice.

En naturopathie, tu as trois grands piliers : le pilier de l’alimentation parce que c’est ce que tu mets dans ton corps et te nourrit. Au même titre que tu mets de l’essence dans ta voiture essence, si tu mets du diesel dans une voiture qui fonctionne à l’essence, elle ne fonctionne pas. Nous, notre nourriture c’est vraiment ce qui permet à notre corps de fonctionner. Donc nos choix d’alimentation ont un impact sur notre santé, vraiment. La santé intellectuelle aussi, parce que ça a un rôle sur les neurotransmetteurs, sur plein de choses.
Le deuxième pilier, c’est l’activité physique, parce que tu en as besoin pour ton système cardiaque, c’est ultra important pour bien entretenir la machine. On est dans une société où on a vraiment dissocié le corps de l’esprit. Or c’est la même chose, donc tant que le corps fonctionne on avance simplement et ton esprit influence sur ton corps et inversement.
Mes crises d’angoisse qui me donnaient de la tachycardie, c’est le meilleur exemple pour voir le lien entre le cerveau et le corps.
Et la troisième partie c’est la gestion émotionnelle qui est un petit peu tout ce qui est sur le stress etc.

J’ai tout de suite réinvestit ce que je gagnais, ce que je pouvais investir pour aller vite. Parce que effectivement c’était une reconversion à mes yeux tardive. Alors c’est pas le côté tardif, mais j’avais soif de vivre. Tu sais, c’est comme si on enlève le sous cloche, tout d’un coup c’est “poussez-vous” j’arrive. Et c’est plutôt ça, cette soif de développement, d’apprendre. Moi je suis passionnée par l’entrepreneuriat parce que c’est un cadeau du ciel. C’est dur, mais c’est un cadeau du ciel.

Les peurs financières, bien évidemment ! Les peurs que les filles que j’accompagne aujourd’hui ont, la peur de la légitimité. La peur de ne  pas y arriver, la peur de ne pas gagner sa vie. La peur financière et la peur de la légitimité.

Il y a cette peur, tu sors de 13 ans de CDI. Ça veut dire que tu n’as plus de points retraite. Même si tu n’y penses pas, tu sors aussi d’un système.
A partir du moment où tu sors du rang, tu n’as plus de sécurité sociale, je me suis assise sur mes congés mat.

J’étais persuadée qu’il fallait donc un instagram à 10 k pour qu’on me propose un livre. Pas du tout, en fait j’ai travaillé effectivement pas mal sur la communication. Donc, j’ai tout de suite investi et j’ai fait un beau site et ma spécialité c’était la détox et la perte de poids. Et donc du coup, j’ai écrit beaucoup d’articles sur la détox sur le foie etc… Et en fait, j’ai eu un mail, moi c’était mon rêve comme beaucoup. C’était mon rêve, et j’ai reçu un mail des éditions Mango, qui m’a proposé donc d’écrire mon premier livre.

Quand j’ai des expériences pas hyper agréables, je me suis toujours accrochée au fait que si c’était là, c’est parce que si je savais accepter que ça s’en aille, il y avait autre chose de mieux qui m’attendait.

Maintenant, je sais que quand quelqu’un me dérange, je sais que ce que je vois en lui c’est mon propre reflet.

La chance tu te la crées ou tu ne te la créés. pas. C’est là où tu as l’entrepreneur mindset. Si tu ne veux pas le faire, tu auras des excuses. Si tu veux vraiment le faire, tu vas le faire.

Il y a trois dimensions. Il y a les choses que tu fais pour toi, si tu choisis la naturopathie, si tu choisis de faire des podcasts, il y a une partie qui est pour toi et il y a une partie qui est de l’ordre de j’ai envie de partager. Ce que la personne me raconte est passionnant. J’ai envie de le partager et puis à travers tes podcasts qu’est-ce que tu as envie de changer dans le monde ? Finalement, quand on est engagé et passionné par quelque chose, on touche du doigt quelque chose de plus grand que nous. On touche vraiment du doigt le fait de changer quelque chose dans le monde.

Les gens qui disent que que tu as de la chance, c’est finalement des gens qui se cachent derrière ça, parce qu’ils ont peur de se réaliser. Donc finalement il y a une forme de peur qui est derrière.

Quand tu es alignée, ça fonctionne…

La réussite, c’est quand tu fais ce que tu aimes et que tu es fière.
Tu as le personnel, l’interpersonnel, donc que les autres te disent bravo et le transpersonnel, que tu arrives à changer quelque chose dans l’univers. Donc la réussite pour moi elle remet ces trois dimensions.

J’ai renoncé de rentrer dans un moule, j’ai renoncé de plaire à tout le monde, à une retraite, à une vie sécurisante. J’ai renoncé à la sécurité, au nom de ma liberté, mon expérimentation et ma soif de vivre. J’ai renoncé à être dans la norme. Être dans la norme, parfois c’est confortable.

Il y a toujours cette peur que ça ne fonctionne pas. De toutes les façons, un entrepreneur il ose. Donc si il ose, c’est qu’il prend le risque de se planter. À la fois c’est complètement ok, simplement quand c’est toi qui est en train de le vivre, tu as beau en parler en podcast de façon ultra détachée. Quand c’est toi qui est en train de te planter…

Quand tu te mets sur le bon chemin, tu te mets à avoir de la chance. Les choses arrivent à toi.

Vous êtes légitimes à partir du moment où vous ne mentez pas.

Je n’hésites pas à demander de l’aide. Pour moi, demander de l’aide ce n’est pas être mauvais. C’est savoir qu’il y en a un qui ira plus vite et qui sera meilleur que toi. On va gagner du temps !

Découvrez l’objet choisi par Audrey Carsalade

Dans chaque épisode du podcast, mes invités se présentent grâce à un objet.

objet Audrey Carsalade podcast

Comme promis, voici le lien de fournisseur officiel de bullet agenda d’Audrey Carsalade, présenté dans le podcast : https://boutique.my365.fr/

Tous les liens suite au podcast, d’Audrey Carsalade

Suite à l’écoute du podcast : le compte instagram d’Audrey Carsalade et son site web.

Dans cet épisode de Podcast avec Audrey Carsalade, on parle de…

Retrouvez ici tous les liens des épisodes dont je vous ai parlé avec Audrey Carsalade dans le podcast

Envie de soutenir le podcast et de mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, je vous explique comment faire ici.

Une réponse

  1. […] #20 Podcast – Maud Ankaoua : apprendre à tomber pour offrir un monde meilleur #33 Podcast – Audrey Carsalade : D’une grande maison de luxe à Coach Naturopathe #31 Podcast – Claire Mougenot – Fondatrice de Luz Collection, la petite voix de la […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

podcasteo

%d blogueurs aiment cette page :