57 Podcast Nathalie Grimaud : Créer Mamans Digitales après 4 grossesses et 4 licenciements

Nathalie Grimaud podcast

Nouvel épisode de podcast avec Nathalie Grimaud 🙂

Quel plaisir d’échanger avec vous et de lire vos commentaires sur mon projet. Si vous avez un message, une question. Rdv sur instagram pourquoipasmoi.co et vous pouvez toujours vous abonner sur votre plateforme d’écoute préférée et mettre 5 étoiles et un commentaire sur apple podcasts. Pour moi c’est énorme. Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous présenter une nouvelle femme exceptionnelle. Nathalie a fait une école de commerce et a débuté sa carrière en agence digitale. Si l’on regarde son profil Linkedin on se dira qu’elle a eu une brillante carrière car son dernier poste de salariée a été Directrice Digital Marketing d’un grand groupe. Nathalie est brillante et elle est aussi maman de 4 enfants. Chaque retour de congé maternité a été pour elle un calvaire. Pour rebondir positivement et aider les femmes, Nathalie a créé Mamans Digitales. Je ne vous en dis pas plus. Je vous souhaite la bienvenue dans l’univers de Nathalie Grimaud.

L’objet choisi par Nathalie Grimaud dans le podcast

Pour en savoir + sur Nathalie et Mamans Digitales suite à l’écoute du podcast

Pour écouter l’épisode de podcast avec Nathalie Grimaud
SPOTIFY DEEZER APPLE PODCASTS GOOGLE PODCASTS YOUTUBE mais aussi Castbox, Eeko… et ici ☟

Listen on Apple Podcasts

J’étais toujours la petite nouvelle donc il fallait à chaque fois que je me raccroche à des groupes qui étaient déjà existants et qui se connaissaient parfois depuis la maternelle. Mais ça m’a permis aussi finalement de développer plus d’adaptabilité au monde, parce que j’étais obligée de faire moi le premier pas. Donc finalement je pense que ça m’a apporté beaucoup.

Mon papa n’avait pas une très bonne image des journalistes, cela a donc – je pense – impacté sur mon choix. Finalement j’ai fait une école de commerce.

Je me suis retrouvée à Paris, mon mari qui avait quand même lâché son boulot l’année d’avant pour me rejoindre et qui était au chômage, un enfant de 4 ans et un qui était en route, sans boulot, sans accompagnement. Ou la la qu’est ce qui va se passer là ? C’est la catastrophe !

22:45 Je me dis mais pourquoi j’ai accepté ça à l’époque ? Je sais pourquoi, parce que j’avais un certain nombre de peurs : j’avais peur de ne pas retrouver un job, j’avais peur de ne plus être capable, j’avais peur aussi qu’on me reproche d’avoir deux enfants parce que la situation avait fortement changé entre le avant avoir des enfants et depuis que j’avais des enfants.

Je suis une maman il ne faut pas que je fasse de vagues et c’est vrai qu’après coup, bah non je suis une maman, j’ai le droit de m’occuper de mes enfants – j’ai droit d’allaiter. Pourquoi j’aurai besoin de m’en cacher vis à vis de l’entreprise. Ça c’est après coup, j’ai un petit peu mûri.

J’ai l’avantage d’avoir un mari en or qui est toujours là, qui arrive toujours à me rebooster quand je suis démotivée, qui arrive toujours à trouver les bons mots quand quand ça ne va pas. C’est vrai que l’entourage est hyper important dans ces moments là. J’étais quand même pas pas loin de craquer, parce que perdre son boulot c’est une chose, mais perdre son boulot à cause d’une soi disant amie, là c’est un double problème. On se dit en fait j’ai été trahie. Je pense que la trahison, c’est ce qu’il y a de pire.

Mais c’était pas prévu maintenant, mais pourquoi je suis enceinte maintenant. Je finis par dire à mon mari « mais ça y est je vais encore par mon job, alors que j’adore mes collègues, que j’adore mes missions, que j’adore tout ça ». Les premières semaines ont été très très très difficiles, à tel point qu’à un moment donné il m’a quand même fait réagir parce qu’il m’a dit « tu veux avorter ? » Et là dans ma tête, je me suis dit mais c’est complètement délirant ça veut dire qu’en fait l’état d’esprit dans lequel je suis est tellement négatif que ton mari te demande si tu vas à avorter, alors qu’en fait tu as toujours voulu une famille nombreuse, tout ça quelque part pour un job.

Je me dis mais tu te rends compte qu’il arrive à te demander si tu veux avorter par rapport à ton job. La priorité c’est quand même la vie par rapport à un boulot.

Tu as toujours une culpabilité quand tu es arrêtée.

Dans ce type de situation tu t’épuises. Quand quelqu’un veut te virer, il finit par te virer.

Dans les mails échangés avec votre manager elle ne veut plus de vous dans l’entreprise et elle met en place des techniques pour vous faire partir, et c’est là qu’il me fait comprendre qu’en fait elle met en place des techniques de harcèlement. Le fait d’avoir mis un mot sur ce que je subissais du coup je sais contre quoi je dois me battre.

Avant mon congé mat j’étais grosso modo, j’exagère « dieu sur terre », j’avais des félicitations de tout le monde et là je fais exactement la même chose et je suis plus bas que terre.

Ça y est sous trois mois tu es au chômage donc ça y est, il va falloir que tu te bouges pour chercher quelque chose et là tu te dis en même temps j’ai plus envie de bosser en entreprise c’est fini. Comme quand tu manges trop de gâteaux à un moment donné tu es écoeuré et tu n’en veux plus pendant des mois.

Ça fait écho à mon histoire personnelle de pouvoir aider des mamans et de pouvoir en fait leur permettre de ne pas subir ce que moi j’ai subi pendant ces quatre 4 problématiques.

Je n’ai passé le cap qu’il y 3 ans, alors que finalement pendant 7 ans j’étais un peu entre les deux. Mais j’avais du mal à me dire :
– oui tu peux en vivre,
– oui tu peux gagner ta vie,
– oui tu peux avoir des clients,
– oui tu peux prévoir ton emploi du temps, etc…

En voyant toujours le côté négatif du genre :
– oui mais si jamais si je n’y arrive pas
– oui mais si jamais je ne gagne pas assez d’argent
– oui mais si jamais mes clients ne sont pas contents, etc…
Ce côté qui te frêne et finalement les fausses excuses.

Plutôt que de te dire c’est possible ! Bien sûr ça demande de l’investissement, bien sûr Paris ne s’est pas construite en un jour, bien sûr il y a des moments de doute, mais oui c’est possible et c’est possible de travailler des clients qui ont les mêmes valeurs que toi. (92:00)

92:15Aujourd’hui chez Mamans Digitales, finalement je répare un peu mes blessures en disant j’accompagne un certain nombre de personnes qui soit n’ont pas à passer par cette étape là, parce que j’ai quelques femmes qui ne sont pas encore maman mais qui vous disent moi je veux d’abord faire ma reconversion parce que justement je sais que mes collègues ont subi ça et moi je ne veux pas le subir, donc je veux prendre les devants avant de faire des enfants. Soit des personnes qui l’ont subie ou pas.

Je panse un peu mes plaies avec ces mamans que j’accompagne.

Je n’ai pas l’impression de travailler.

Le chanteur on ne va pas lui dire il est 18h mon coco donc tu reviendras chanter demain.
Ou un peintre, tu ne vas pas lui dire il est 18h vendredi soir donc tu reprendras ta peinture lundi matin à 9h. Quand tu fais quelque chose avec le coeur tu ne bosses pas dans le sens négatif.

La réussite c’est d’être heureux dans la vie et de se lever tous les matins avec la banane.
On a qu’une vie, autant se lever le matin et être content et de se dire chouette j’ai une journée qui m’attend.

J’ai renoncé à ne pas rester malheureuse, à ne pas rester dans une situation. Ok tu es victime, mais mais tu peux prendre la décision, même si tu es victime de le vivre différemment, de le vivre positivement.

Quand je suis passée de salariée à 100% indépendante, tu te poses la question quand même. Tu as une famille de quatre loulous, tu as des frais et des charges. Est-ce que je fais le bon choix ? Est-ce que je vais réussir à financer tout ce que je dois financer ? Est-ce que je vais réussir ? Et puis finalement oui ! Quand tu mets les moyens, tu réussis ! Ça prend plus ou moins de temps, tu es plus ou moins à l’aise sur des sujets que tu maîtrises bien et des sujets que tu maîtrises pas. Moi par exemple c’est l’administratif c’est catastrophique.

Soit tu te dis je rumine, soit tu te dis ok j’ai subi ça comment je peux en faire une force pour aider d’autres personnes ?

La chance ça se provoque par la motivation, par la résilience et beaucoup par le travail.

C’est très important de ne pas avoir peur de se tromper, de se planter ! D’apprendre de ses erreurs et de progresser en fait.

Conseil : Ce n’est pas le monde des bisounours. Il faut suivre son intuition. Quand ton intuition te dit quelque chose, il faut savoir l’écouter, essayer de prendre du recul pour identifier la situation et finalement se faire confiance.

C’est bien d’être en couple, c’est encore mieux d’être une équipe au quotidien et de pouvoir se soutenir dans ses qualités et surtout dans ses défauts et de pouvoir être l) quand l’autre personne a besoin.

L’objet choisi par Nathalie Grimaud dans le podcast

Nathalie Grimaud podcast

Pour en savoir + sur Nathalie et Mamans Digitales

Suite à l’écoute du podcast avec Nathalie Grimaud.

Nathalie Grimaud sur Linkedin
Mamans Digitales

Laisser un commentaire


Des contenus inspirants tous les vendredis

%d blogueurs aiment cette page :