73 Podcast – Ashley Taieb : De SDF accro au crack à entrepreneure et maman épanouie

Ashley Taieb podcast

Il y a quelques semaines, je regardais comme des millions de téléspectateurs, qui veut être mon associé sur M6. Et là, j’ai découvert Ashley. Je n’ai pas attendu le verdict des investisseurs pour la contacter ! Son énergie, son histoire m’ont donné la folle envie de la recevoir derrière mon micro.
Ashley est loin d’avoir un parcours tout droit… elle a grandi dans un environnement privilégié, mais n’a pas voulu faire d’études. Elle a donc enchaîné les petits boulots à travers le monde. Son retour à Paris et l’échec d’un projet qu’elle souhaitait monter l’ont fait plonger dans la dépression, jusqu’à finir par vivre 4 ans dans la rue. Ashley devient vite accro au crack. C’est lorsqu’elle tombe enceinte qu’elle décide de sortir de tout cela. Aujourd’hui, Ashley est maman d’un petit garçon de 4 ans, est une entrepreneuse qui a créé une méthode qui porte un message très fort : permettre de se libérer de ses addictions. Je ne vous en dis pas plus, je vous souhaite la bienvenue dans l’univers d’Ashley Taieb.

Pour écouter l’épisode de podcast avec Ashley Taieb sur SPOTIFY DEEZER APPLE PODCASTS GOOGLE PODCASTS YOUTUBE mais aussi Castbox, Eeko… et ici ☟

L’objet choisi par Ashley Taieb dans le podcast
Pour en savoir + sur Ashley Taieb suite à l’écoute du podcast
L’épisode dont on parle avec Ashley Taieb : Matthieu Tordeur

J’ai un rapport vachement particulier avec la musique, j’ai été élevée à Ibiza.

J’ai grandi dans la house des années 90 et du coup c’est vraiment métaphysique le lien que je peux avoir avec la musique et ce que ça me permet de transcender comme émotions en moi.

Mon casque ça a toujours été mon plus grand compagnon.

Ibiza, en été, c’est vraiment une île de la fête tu vois énormément de styles de personne différents, ça te donne déjà de base une grande ouverture d’esprit.

J’ai toujours eu la polarité en moi, j’avais ce côté très américain, très working girl qui a été poussé par ma mère du coup et qui m’a mis tout de suite dans les Ivy – les grandes universités américaines  ou anglaises -, cette espèce de côté très carriériste … à titre personnel j’ai toujours été fascinée par les magazines, par la lecture en général. Enfant, j’étais assez solitaire donc j’ai passé énormément de temps à lire.

Je n’ai jamais voulu choisir, je me voyais écrire des bouquins, chroniques dans un magazine de mode, business Woman à New York, et en même temps aventurière

Depuis assez jeune, le concept de choix ne m’a pas semblé intéressant. Pourquoi on est obligé de choisir un truc, moi je veux tout faire.

Pour moi c’était la vraie vie d’habiter en France.

Je me suis très tôt rendue compte que le système scolaire pour moi c’était très compliqué.

J’ai décidé, pour le coup, de m’écouter et de passer le bac en candidat libre puisque moi j’ai toujours voulu travailler.

J’ai eu une bac avec mention très bien, les félicitations du jury j’ai eu 19 à mon bac de maths alors que j’avais pas plus que 3 de moyenne toute l’année. Et ça a vraiment implanté en moi le concept de « si tu penses que tu peux le faire à ta manière, tu peux le faire en fait. »

Je savais que je travaillerais mieux seule à ma manière, à mon rythme, que de suivre le système et ça m’a vachement bien réussi.

J’ai mis du temps à me décrocher du rêve de ma mère qui était que je fasse des grandes études.

Il y a une énergie dans le travail, une potentialité de rencontres, une potentialité de choses à apprendre que je trouve vachement plus vaste en effet que celle des études.

J’ai commencé avec un grand pied dans la restauration, ensuite j’ai travaillé dans des casinos, j’ai été gérante d’un vignoble, j’ai été wedding planner, j’ai fait pas mal de traductions, j’ai beaucoup écrit comme rédactrice, comme pigiste à l’époque – plutôt sur des magazines et, aujourd’hui, plutôt dans le web…

Je ne suis pas vegan, je ne suis pas végétarienne après globalement si j’ai le choix dans 99,9% des cas je préfère éviter de manger de la viande, des produits laitiers, enfin tout ce qui vient d’un animal.

J’ai vécu en Australie, à Bangkok, au Brésil, à Istanbul… à chaque fois je partais dans une recherche de quelque chose que je ne trouvais pas. C’était une fuite, il fallait que je retourne à l’intérieur et pas à l’extérieur.

Le choc d’arriver à Paris en plein mois de janvier, tout est gris, les gens sont gris, la bouffe est grise c’est horrible. J’ai pas tenu le choc après 10 ans d’étranger, de liberté, de soleil, de rencontres ça m’a trop mis une claque, c’est une dépression. On sait maintenant que c’est chimique. Quand ton cerveau n’arrive plus à sortir de cet état-là c’est qu’il y a un truc qui ne va vraiment pas bien.

Quand j’ai compris qu’il y avait toute cette communauté souterraine de fumeurs de cracks, je me suis dit je vais vivre avec eux, je vais infiltrer la communauté, je vais écrire un bouquin.

C’est vite un loop infernal, tant que tu as des pieds qui te permettent de marcher tu vas tout faire pour pouvoir fumer et nous on faisait la manche à l’époque, tout simplement, la manche dans tout Paris pendant très très longtemps.

 Je n’avais pas de liens très forts avec qui que ce soit. Je revenais de 10 ans à l’étranger.

Moi je n’ai jamais dit à personne quand ça allait pas bien, j’ai toujours gardé la façade.

J’ai grandi la tête dans les bouquins donc j’ai vraiment une âme qui romance tout. Tout pour moi est intrigue de roman.

La rue, ça a un effet global de décrépitude sur tout ce qui est matériel.

Je n’ai jamais nourri ce désir ardent d’être mère, mais il s’est passé quelque chose d’assez indescriptible. J’avais une sorte de croisée des chemins.

Il y a le mental du fond, vraiment le subconscient qui sait que tu ne craqueras pas quoiqu’il arrive mais le reste de ton usine à penser te donne tous les scénarios possibles et imaginables pour t’autoriser à craquer juste une fois.

Le jour où j’ai signé le bail pour ce studio-là j’ai accouché, genre c’est bon quoi.

On a failli mourir 2 fois de froid.

J’ai été appelée par une start-up qui s’appelle Miro qui avait besoin surtout d’un profil qui parlait plusieurs langues. (…) Et là, c’était encore un autre changement à 360 degrés je me retrouvais dans ce rythme de jeune start-upper parisien

Je faisais encore la manche dans le métro à cette époque-ci pour combler pour pouvoir payer les courses, les couches…

J’ai rencontré là-bas une nana super qui m’a beaucoup aidé, grâce à qui j’ai vraiment réussi à changer de vie, qui m’a proposé en fait son appartement à Montpellier qu’elle allait mettre en location et qui m’a dit « si tu veux je te le garde ». Je lui ai dit « il faut juste que je parte de Paris en fait, il faut que je parte sinon je vais mourir vraiment » et du coup je suis partie vraiment à Montpellier.

La problématique que j’avais c’était la problématique du logement qui est encore la mienne aujourd’hui. C’est-à-dire que femme seule au RSA c’est compliqué pour trouver un appartement.

Au-delà de l’addiction, c’est le lifestyle de rue qui est dur à faire partir.

J’ai commencé à prendre le temps de réapprendre à vivre.

En parallèle, j’avais ma méthode, la méthode My Addie qui était déjà complètement en travail, en gestation, qui a commencé à partir du moment où j’étais enceinte, cloîtrée et que j’avais rien d’autre à faire. Du coup, j’ai continué à affiner ma méthode, à continuer à tester des trucs sur moi-même et là j’ai commencé à me dire « ok ben y’a un truc à faire en fait, faut que je le partage ce truc-là ». 

Quand j’ai voulu arrêté on m’a proposé 2 choses, « Ou tu passes le reste de ta vie dans le sevrage ou tu ne t’arrêtes pas et tu vas culpabiliser pour le reste de ta vie. » Je me suis dit il y a forcément un truc entre les 2.

Je me suis dit il y a forcément un truc entre les 2 donc j’ai développé et j’ai créé en testant énormément de choses, en me documentant et j’ai créé une méthode qui permet aux gens d’apprendre à construire leur vie autour de leurs addictions et pas forcément contre en partant du principe qu’on est tous addict à quelque chose en fait et c’est ok c’est comme ça. On vit dans une société qui est super addictogène et au lieu de se dire je vais me battre contre le tsunami à mains nues, dis-toi le tsunami il est là je vais peut-être apprendre à surfer et de toutes façons tu seras sûrement addict toute ta vie.

Plus tu creuses ce sillon là d’insatisfaction et plus en fait après tu l’as, c’est à vie.

En fait, être coach c’est vraiment une position d’accueil de l’autre, d’ouverture. 

J’ai vu que l’impact était énorme sur les personnes que j’ai aidé, beaucoup sur énormément d’addictions à la cocaïne, énormément d’addictions au porno souvent les deux ensemble, l’alcool, un espèce de joyeux trio. Et j’ai vu que l’effet était cool, vraiment et c’est là que l’idée en fait de mettre cette méthode-là via une application, sans moi, est venue. 

J’ai d’abord été incubée chez les Déterminés, une association nationale qui aide tout le monde (…) Ça a été le vrai début de mon parcours entreprenarial, ils m’ont donné toutes les clés, ils m’ont donné un groupe de personnes. ça a été un gros passage pour moi d’être acceptée chez les Déterminés.

Ensuite, j’ai vu passé un post sur Linkedin et j’ai postulé comme ça (à Qui veut être on Associé), j’ai fait ma petite vidéo de présentation et la nana m’a rappelé le lendemain.

Si moi, aujourd’hui j’ai pu faire ça – je ne suis ni plus ni moins que personne d’autre en fait – donc si moi j’ai pu passer de la rue à entrepreneure et maman épanouie etc etc et ça veut dire que si tu as juste un petit problème parce que tu trouves que tu fumes trop de joins le week-end franchement ça va le faire, tu peux t’en sortir. Si tu as juste un petit problème parce que tu n’arrives pas à gérer ta conso de coke franchement ça va aller quoi c’est pas dramatique, y’a pas de fatalité c’est pas irréversible. C’était vraiment ce message là que je voulais passer avec mon histoire, avec mon parcours.

Ça prend quand même énormément de temps. Il ya beaucoup d’administration entre le moment où tu fais l’émission, tu ne reçois pas 100000 balles le lendemain de l’émission.

J’ai décidé pour avoir un format Youtube qui me ressemble de créer le concept des accro dates c’est-à-dire que je pars dans toutes les grandes villes de France et je vais juste interviewer des gens mais vraiment en mode micro-trottoir ou en interview un peu plus cadrée pour avoir une sorte de maillage national de « Et vous qu’est-ce que vous en pensez de l’addiction en tant que problématique sociale ? »  Je ne suis pas dans le témoignage.

On sait en fait que la rue, la drogue ce n’est pas bien. Moi ce qui m’intéresse c’est la problématique sociétale « qu’est-ce qu’on fait ? »

J’ai un TDH, une hyperactivité qui a toujours été là depuis l’enfance. C’est une vraie différence neurologique, ton cerveau n’assimile pas la dopamine de la même manière que les personnes qui ne sont pas atteintes d’un TDH. C’est une manière de gérer son énergie et son attention qui sont très différentes. C’est-à-dire qu’on pense souvent que c’est des enfants ou des adultes qui ont du mal à se concentrer, c’est pas ça en fait. C’est juste que c’est pas toi qui décide quand et comment tu te concentres (…). Un des autres syndromes de ça c’est que tu as du mal à rester en place, assise parce que tu as toujours envie de partir faire des trucs à droite à gauche.

J’ai mis des pierres dans mes chaussures comme ça dès que je commençais à trop me balancer je savais que ça faisait un petit mémo technique physique.

Financièrement aujourd’hui, il n’y a rien qui a changé je suis encore au RSA, je me débrouille pour joindre les 2 bouts.

Ces 100 000€ là vont servir au développement de la communauté, de la communication, à tous ces formats vidéos etc On est en train de repréparer une 2e levée de fonds pour septembre pour cette fois-ci s’atteler à tout le côté validation de la méthode par des thérapeutes et développement de l’application, chose qui est déjà en cours.

On a très peur du vide aujourd’hui dans notre société et un mot est un mot, chaque mot a son importance.

Jean-Pierre Nadir m’a donné confiance en moi sur ce truc précis de la prise de parole (…). La voix, la manière de s’exprimer ça reste une manière de transmettre des idées, si en plus c’est pour transmettre une idée qui est mienne et qui est impactante. De moi-même j’aurais pas eu le courage de me mettre en avant comme ça.

Célébration des réussites :
Je suis très enfant, je n’ai aucun mal à être profondément joyeuse et contente (…) quand j’ai vraiment des grands succès j’ai envie de faire la fête mais la fête comme ça, la fête à paillettes, la fête où on rigole, on s’amuse, on crée des choses, où c’est de l’art, où c’est beau, où tu as l’impression d’être dans une toile.

A quel moment je me suis dit pourquoi pas moi ?
Tout le temps ! (…) J’ai ce côté rebelle en moi et dès qu’on me dit « tu ne peux pas faire ça », je me dis pourquoi pas moi ?

Moi j’ai toujours voulu être aventurière et hippie et rock star et journaliste et machin. Aujourd’hui j’ai peut-être pas tout fait mais pourquoi pas moi ben voilà pourquoi je peux pas être entrepreneur alors que j’ai pas fait d’études en fait si je peux. Pourquoi je ne peux pas être maman alors que j’ai pas l’instinct maternel ben en fait si je peux mais juste à ma sauce.

La réussite, ça serait ce sentiment profond d’alignement entre ton cerveau qui est en paix, entre ton coeur parce que tu fais un truc qui te plait et ton corps parce qu’il sait que c’est la bonne chose.

Petite Ashley de 6 ans dirait :
« Je savais qu’elle avait envie de vivre des trucs intenses mais là quand même t’as pas chômé. Je pense qu’elle serait trop contente. » Elle me dirait « mais waouw tu as surpassé tous les bouquins qu’on a lu à cet âge-là, tu as été l’héroïne de tel livre, l’héroïne de tel livre, l’héroïne de tel livre et encore il te reste je sais pas combien de nombre d’années pour réécrire d’autres. Elle m’aurait dit « trop bien en fait ».

Renoncements :
J’ai renoncé à la perfection, à cette espèce de quête infinie de la perfection physique. (…) Entre respecter les critères des magazines et juste être à l’aise, il y a un grand pas et c’est un grand travail psychologique à faire clairement.

Les grandes difficultés : 
La plus grande difficulté globale, c’est moi-même je suis mon propre ennemi, l’auto sabotage, la dépression chronique etc etc etc 
La plus grande difficulté que j’ai eu et que j’aurai toujours c’est de me battre contre moi-même pour tout, pour faire des choix, pour sortir de ma zone de confort, pour me laisser aller, pour pas me laisser aller c’est toujours ça c’est la bataille avec moi-même.

Les grandes peurs au lancement de My Addie :
J’ai peur de moi-même, j’ai peur de ma profondeur, de ma noirceur, de mon appétence à la mélancolie, j’ai peur de moi de pas être à la hauteur mais sinon de l’extérieur je n’ai peur de rien.

De quoi je suis la + fière aujourd’hui :
Quand même de mon fils, bonne mère juive que je suis. J’ai eu très peur de pas être une bonne mère comme beaucoup de gens, comme beaucoup de femmes. (…) Quand tu verbalises quelque chose, il se passe un truc un peu magique, ça sort de toi, en même temps ça s’ancre dans la matière. Je suis assez fière de l’éducation non conformiste que j’ai pu donnée à mon fils qui aujourd’hui fait que c’est une intéressante petite personnes.

Tu n’élèves pas un enfant pour qu’il soit un enfant comme toi tu as envie d’être, tu l’élèves lui pour qu’il soit bien en tant que personne.

Maintenant j’ai compris en fait que j’ai – en tout cas la manière dont je décide de le voir – c’est que si j’ai eu autant de chance si moi aujourd’hui je peux être vivante encore pour témoigner de tout ce que j’ai fait, et partager c’est parce que moi je suis juste un canal je suis juste là pour transmettre et faire du bien x1000, à plus grande échelle.

Le conseil que tu aurais aimé recevoir et que je donne aujourd’hui :
Je poserais d’emblée qu’il n’y a pas de finalité à atteindre. Le plus vite tu te détaches de cette idée que x, y, z ou telle ou telle chose ira mieux quand tu auras atteint ce but-là le plus vite tu pourras accéder à la vraie vie, à la vraie osmose avec le monde dans lequel tu vis et avec ta propre personnalité. 

Le bonheur c’est pas une fin.

Utilise la magie du cerveau pour t’entraîner le mieux possible à apprécier toutes les étapes du processus parce que sinon tu arriveras au bout et ça n’a pas de saveur.

Le meilleur conseil reçu : 
C’est toi qui décide.

Mes prochains défis :
Il y en a un énorme c’est de réussir à pas devenir schizophrène entre toutes mes casquettes, de pas partir côté burn out parce qu’on y est vite confronté quand on essaie de faire plein de choses à la fois. J’ai une vie de mère célibataire, j’essaie d’avoir une vie personnelle aussi de prendre un peu de temps pour moi, la carrière professionnelle est en train de prendre un essor inconnu auparavant donc je pense que le vrai challenge là ça va être de pas sacrifier l’un au détriment de l’autre.
Ecrire un livre ça me titille depuis longtemps (…) je le ferai parce qu’il y a trop de choses à raconter. J’estime avoir une chance incommensurable d’avoir eu un vie extrêmement riche, extrêmement EXTRA-ordinaire – hors de l’ordinaire – et ça se partage.

Mon conseil de lecture : 
J’ai beaucoup aimé une saga préhistorique qui s’appelle « Le clan de l’ours des cavernes » de JM Auel. Je recommande à fond mais pas au moins de 18 ans.

J’aimerais dire merci :
– à mes grands-parents car c’est les seuls qui ont toujours été là, ils m’ont jamais lâché quelle que soit l’étape à laquelle j’en étais dans ma life, 
– à ma babysitter la première que j’ai eu, parce que c’est grâce à elle que j’ai commencé à avoir une vie en fait, que j’ai pu sortir un peu le week-end de temps en temps, que j’ai pu travailler  
– aujourd’hui, à ma fille au-pair qui vit avec moi, si elle est pas là, tout explose parce que moi je peux vraiment pas faire tout toute seule 
– et aussi, à tous les inconnus du métro parisien qui m’ont permis de rester en vie pendant toutes ces années.

J’ai beaucoup ce côté communautaire en moi où par la force du groupe tu peux arranger tout le monde et faire fonctionner les choses.

Quand j’étais jeune, je voulais être aventurière, entrepreneure, chroniqueuse et aujourd’hui je n’ai pas fait d’études et je suis quand même ça alors ouais pourquoi pas moi.

Si je n’étais pas passée à la télé, j’aurais peut-être continué à galérer pendant vingt ans à essayer de prouver de j’étais quand même valide même si j’avais pas fait le schéma classique et ça c’est dur, ça c’est horrible parce qu’il y plein de gens qui sont super doués, super qualifiés, qui ont énormément de choses à partager et vu qu’ils rentrent pas dans les carcans standard ils pourront jamais s’exprimer et ça c’est un truc qui me désole.

J’ai 29 ans et ça fait depuis que j’ai 17 ans que j’essaie d’expliquer que je suis pas ni moins ni intelligente que tout le monde mais qu’il faut que je fasse les choses à ma manière mais personne ne m’a jamais cru, personne ne m’a jamais soutenu, personne ne m’a jamais écouté et la télé c’est un révélateur. C’est génial, j’ai encore une fois vraiment beaucoup de chance mais en fait tu passes toute ta vie à attendre la reconnaissance de tes parents (…) et en fait ça change rien.

L’ objet choisi par Ashley Taieb dans le podcast

Ashley Taieb

Pour en savoir + sur Ashley Taieb suite à l’écoute du podcast

Tous les liens pour suivre Ashley Taieb
Son site internet : https://my-addie.com/

L’épisode du podcast

Voici l’épisode du podcast, dont nous parlons avec Ashley Taieb

Matthieu Tordeur

Laisser un commentaire

pop up newsletter

%d blogueurs aiment cette page :