En chemin podcast : #2 Aline Bunelle du Digital au Salon de thé-Librairie

Une invitation à écouter ta petite voix

podcast-Aline-Bunelle-2-blog

Cette semaine, je vous présente notre 2e rdv du podcast avec Aline Bunelle.

Si vous recevez la newsletter ou que vous suivez pourquoi pas moi sur instagram, vous avez eu l’information en primeur 😉
Vous ne le saviez peut -être pas, l’univers du podcast a lui aussi son festival, le paris podcast festival. Et comme pour le cinéma, il y a des nominés. Je suis très très fière de vous annoncer que Pourquoi pas moi fait partie de la sélection officielle aux côtés de 4 autres très beaux contenus, dans la rubrique Apprentissage. La délibération reviendra au jury, mais vous pouvez faire quelque chose. En effet, il y a un prix du public, voter prend moins d’1 minute et pour moi ça peut compter énormément. C’est par ici. Je vous remercie d’avance de tout coeur.

Lors de l’épisode du podcast de la semaine dernière avec Camille, la grande gagnante du meilleur pâtissier, je vous avais annoncé que l’épisode de la semaine serait avec une glaciologue extraordinaire. Les aléas de l’enregistrement à distance ont fait que la piste audio a été endommagée, nous allons devoir ré-enregistrer l’épisode.
Mais bonne nouvelle, je sais que vous l’attendiez, alors le voilà, je suis très heureuse de vous présenter notre 2e rdv du podcast en chemin avec Aline Bunelle des Authentiques.

Je vous retrouve tout de suite dans l’univers d’Aline Bunelle.

PS : si vous n’aviez pas encore écouté le 1er rdv avec Aline, il est ici.

Pour écouter le 2e rdv du podcast avec Aline Bunelle
sur SPOTIFY DEEZER GOOGLE PODCASTS APPLE PODCASTS et YOUTUBE mais aussi EEKO ET Castbox… et ici ☟

Listen on Apple Podcasts

Tes questions suite au podcast, à Aline Bunelle

Quelques citations du podcast avec Aline Bunelle

Ça fait 1 an en juillet, on avait envie de se lancer !
On a décidé de lancer notre boutique en ligne, on propose des brunchs – livres – gourmandises en livraison.
Ça fait 2 mois ½ de pure bonheur.

Ça a été notre bonne étoile ; cette personne est arrivée pile au bon moment. C’était juste parfait pour commencer.

Je n’ai absolument aucun doute sur le fait d’avoir fait le bon choix en changeant de carrière. Malgré le confinement, malgré ces mois un peu entre parenthèses. Je suis intimement persuadée, que j’ai fait le bon choix. Ne serait-ce que les retours, qu’on a des gens, nous confortent dans l’idée que c’est exactement là où on doit être et c’est exactement ce qu’on doit faire.
Donc des doutes, je n’en ai pas spécialement. Mais des peurs on en a toujours. Les peurs, les questionnements se sont vites envolés.

Là, on laisse place au fun, tout ce qu’on aime faire et à tous les projets qu’on a. Car du coup, ça nous donne des ailes pour avancer sur plein d’autres choses.

C’est le gros challenge, de mon nouveau métier, avec mon conjoint, on en était conscient : pouvoir associer vie pro / vie perso, parce que je bosse le week-end. Je suis très soutenue par mon entourage, et ça c’est cool.

J’ai envie de trouver un équilibre pro/perso qui me convienne. Parce que même si là je suis passionnée par ce que je fais, j’aurai envie d’y passer mes jours et mes nuits, mais je ne peux pas. Ne serait-ce que pour ma santé et je n’ai pas envie de me couper de mon entourage, qui en plus me soutient énormément.

C’est le challenge, de trouver l’équilibre et la bonne balance entre vie pro et vie perso.

Ma plus grande réjouissance : d’avoir lancé ! C’est énormément de fun, de joie, C’est concret. On a pas le plan A, c’est un peu ça aussi d’être entrepreneur. Il faut rebondir avec un plan.

C’est comme un accouchement. J’ai porté ce projet, cette idée pendant plusieurs années. De concrétiser ça, c’est vraiment comme un accouchement, ça y est c’est là. Ça vit, on le fait vivre. C’est un sacré accomplissement, et je suis très contente d’avoir pu faire ça et de m’être donnée le courage et la force de faire ça.

C’est le moment idéal pour tester des choses, car nous avons très peu de contraintes, très peu de risques.

Je le vis vraiment comme une période d’essai, de tester à la fois le concept et notre façon de travailler ensemble et notre adéquation avec le projet.

Quand on aura le local, on sera forte de ces 6 mois de test. On saura comment travailler ensemble. On aura une clientèle et du coup, on va se lancer avec beaucoup plus de confiance, beaucoup plus d’énergie et beaucoup moins de craintes, au final.

Se réinventer, avant même de s’être inventé, c’est un principe intéressant. Mais c’est ça qui fait au final, qu’on travaille très bien ensemble.

La communication est clé, mais je ne me rendais pas compte, à quel point c’était vital.
Chacun vient avec son passé, ses peurs, ses doutes… Si on n’échange pas, on va droit dans le mur. Pour construire un projet comme ça, on y met énormément d’énergie, on y met énormément de passion, de coeur. Donc c’est très facile au final de suréagir, quand on est dans des moments d’émotions comme ça.

Je me suis beaucoup livré dans le 1er podcast. J’avais complètement oublié le micro dans ce 1er rdv.

J’ai refait 3 fois le site web, ça fait appel à plein de domaines, dont je n’étais pas experte. 

Je me suis retrouvée à pleurer de frustration et de colère, parce que je me trouvais nulle. Il fallait que j’aille cherche de l’aide, et c’est très compliqué d’aller chercher de l’aide.

Il faut…

– reconnaître qu’on en a besoin
– reconnaître qu’on n’a pas la compétence
– se dire que c’est Ok qu’on n’ai pas la compétence
– aller chercher la bonne personne, qui va nous aider là dessus.

Tu te dis : au final, qu’est-ce que je sais vraiment faire ? Je me suis lancée dans ce projet, qu’est-ce que je sais faire ? Qu’est-ce que j’apporte au final au projet ? Parce que si je n’arrive pas à faire ça, pas à faire ça, pas à faire ça. Qu’est-ce qui me reste ? Et là, c’est l’angoisse. Etre entrepreneur, c’est apprendre énormément de métier, mais c’est aussi savoir s’entourer.

On avait envie de lancer rapidement, mais on n’avait pas envie de beaucoup investir, parce que ce budget, on le réserve pour l’après. Tout ce qu’on fait aujourd’hui, il faut qu’on soit capable de le réutiliser. Ça va du site web, mais ça va aussi du local, on aménage ma cave en ce moment.

Il y a eu une période, où je ne me retrouvais plus, je n’étais plus à ma place, en tout cas, je ne savais plus où j’étais à ma place.
Je ne sais plus ce que j’apportais aux gens, je ne trouvais plus de sens dans ce que je faisais.

Dans mon boulot…, ça s’est retrouvé dans ma vie perso, ou au contraire, j’avais envie de fuir tout ça, donc j’étais très souvent à l’extérieur pour essayer de compenser plein de choses, et peut être au final ce vide que je compensais.
Je suis allée au bout du bout de ça, je me suis dit ce n’est plus possible. Je ne suis plus moi. Je suis dans une démarche où je suis entrain de changer, il faut que j’accède à autre chose, que je me fasse plaisir dans ma vie pro, parce que j’en ai encore pour 40 ans. Je ne peux pas continuer comme ça, il faut que je trouve du sens à ce que je fais. Il n’y avait plus de renoncement possible.

Je me suis autorisée à changer de vie, c’était pour le meilleur.

Ce n’est pas grave si…

ça ne marche pas
ça ne marche pas tout de suite
ce n’est pas tout à fait le bon chemin
ce n’est pas tout à fait le plan
Au final, ce qui est important c’est d’y aller, c’est de se lancer. Parce que ça procure tellement de joie, de bonheur et de liberté qu’on devrait tous pouvoir vivre ça.

Aujourd’hui on lance les Authentiques, pas comme c’était prévu, et ce n’est pas grave, parce que ça nous ouvre d’autres portes. Il n’y a pas de bons moments pour le faire.
J’ai quand même démissionné, au début du confinement. Tout le monde me dit, ce n’était pas quand même la meilleure période. Mais si c’était exactement, la bonne période.

Il n’y a pas de « bon » moment.
Le bon moment, c’est quand vraiment on sent que là ce n’est plus possible, et qu’il faut y aller. C’est ça le vrai bon moment. Le conseil que j’aurai à donner : c’est allez-y, écoutez votre petite voix et si elle vous dit que c’est maintenant, il faut vraiment y aller et quelque soit votre situation professionnelle, quelque soit votre situation perso. Allez-y parce que ça ne peut pas continuer comme ça.

MERCI : A mon associée, c’est la meilleure personne avec qui j’aurai pu ouvrir ce projet. Parce qu’on est capable de ne pas être d’accord et de bien le vivre. Parce qu’on se soutient.

Et les liens pour pouvoir suivre Aline

Tu vis dans la région lilloise et tu rêves de te faire livrer des douceurs, tu aurais tort de ne pas en profiter 🙂

Vous avez découvert le parcours d’Aline Bunelle dans le podcast, envie de suivre ses aventures, c’est par ici :
Le compte instagram Les authentic Lille
Le compte Facebook Les authentic Lille

Dans cet épisode on parle de…

Et oui, vous commencez à avoir l’habitude que dans le podcast, je vous parle d’autres invités 🙂 Dans cet épisode du podcast avec Aline Bunelle, on parle de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Des contenus inspirants tous les vendredis