94 podcast – Théo Guillaumin : De consultant chez Cap Gemini au Growth Marketing au service des entreprises à impact

Théo Guillaumin podcast

Aujourd’hui j’ai l’immense plaisir de vous présenter le parcours de Theo Guillaumin dans le podcast. Après une potentielle carrière toute tracée de Consultant chez Cap Gemini, il a décidé de se mettre en risque et démissionner pour se mettre en chemin. Il se lance alors dans le drop shipping, mais c’est à la fois un échec en terme financier et pour ses valeurs, il capitalise sur tout ce qu’il a appris pour se lancer en freelance comme Growth Marketer. Aujourd’hui, Théo a créé Beyond Growth et concentre son énergie pour aider les entreprises à impact.
Je ne vous en dis pas plus, je vous souhaite la bienvenue dans l’univers de Theo Guillaumin.

Pour écouter l’épisode de podcast avec Theo Guillaumin : sur SPOTIFY DEEZER APPLE PODCASTS GOOGLE PODCASTS YOUTUBE mais aussi Castbox, Eeko… et ici ☟

Je n’ai pas pris en compte qui j’étais vraiment pour le choix de mes études, j’ai plus pris en compte ce que la société attendait de moi.

J’avais vu qu’il y avait deux types d’anti mentor chez Capgemini. Je ne savais pas vraiment à qui je voulais ressembler, mais je savais à qui je ne voulais pas ressembler.

Et donc là tu prends conscience de ça. Comment tu te mets en action ?
Je me mets en action mais je me mets en danger. En fait, je me dis bon, il faut que je parte, il faut que je parte de l’entreprise.

Ton corps te parle ?
Oui, mon corps me parle parce qu’en fait, je vais au boulot, la boule au ventre le matin. Je ne suis clairement pas heureux tous les jours d’aller au travail. J’ai vraiment l’impression d’être rentré dans une routine où j’ai mon cerveau en mode off et donc mon corps me parle. Je me dis bon, il faut faire quelque chose. Je ne peux pas continuer comme ça dans cette carrière là parce qu’on m’a dit d’aller dans cette carrière là, parce que c’est confortable, parce que… Donc en fait, à l’époque, j’avais rencontré une fille, ma copine de l’époque, qui elle était beaucoup plus aventurière que moi. Elle a fait des études d’infirmière, donc elle a commencé en tant qu’infirmière et après elle est devenue barista, elle travaillait dans le café donc rien à voir et elle n’avait pas peur de vraiment agir pour poursuivre ses rêves et c’est elle qui m’a poussé à me dire bon, on y va, Est ce que ça te dit de venir à l’étranger avec moi ?

Et je me dis oui, allez c’est parti parce que si je n’y vais pas avec toi… Donc on est partis ensemble à Madrid, j’ai laissé Capgemini et j’ai commencé.

Quand je fais des changements, ça avance vers une quête de sens, mais ce n’est pas radical.

Aujourd’hui, je travaille exclusivement sur des entreprises en impact environnemental ou social.

J’ai eu des peurs. Bon déjà c’est vrai que créer son entreprise par rapport à être en freelance, c’est ça le sens. Mais c’est surtout aussi sur le comment… sur la notion d’impact en ce moment, c’est vraiment ce qui m’anime aujourd’hui, c’est à dire que je veux gagner ma vie et je veux gagner suffisamment d’argent pour pouvoir vivre. Mais ce qui vraiment m’intéresse, ma motivation profonde, c’est à avoir un impact positif sur l’environnement et la société. Comment on fait ça ? Et c’est très compliqué de dire à de grands événements comme comment on fait ça quand on fait du marketing, quoi. Parce que par définition, le marketing, ça rapporte ça pousse vers plus de consommation. Je suis encore toujours en réflexion sur ces sujets là. Comment est ce que je fais pour voir comment est-ce qu’on fait pour pour s’améliorer à chaque fois et pour vraiment aller dans le bon sens. Aujourd’hui, on est dans un process de labellisation par exemple.
C’est une première étape, ce sera certainement pas la dernière.

A quel moment dans ta vie tu t’es dit pourquoi pas moi ?
C’est une bonne question. Il y a plein de moments où je me suis dit ça. Il y a plein de moments. Typiquement, le podcast de discuter avec toi aujourd’hui. Voilà, l’année dernière, j’ai été approché pour donner un cours chez HEC, l’École de commerce la plus prestigieuse en France. Et j’avais un syndrome de l’imposteur Incroyable. Mais voilà, je me suis dit pourquoi pas moi ? J’ai hésité, je me suis dit pourquoi pas moi ? Je l’ai fait !

Je me suis aussi rendu compte que la réussite financière, ça pouvait se faire au détriment d’autre chose. Toute valeur plus importante qui sont par une éthique sociale et une éthique environnementale. Aujourd’hui, la vision, ma vision de la réussite, c’est d’être justement proactif sur sur ces sujets là, d’être acteur de ces sujets là.

Le conseil que j’aurai voulu recevoir :
Je dirais justement de lâcher un peu cette perfection, cette quête de la perfection. Voilà parce que je peux être pas assez indulgent envers moi-même et envers les autres. Et donc c’est une source d’angoisse. Car la perfection n’existe pas de toute façon.

Conseil de lecture : Ralentir ou périr de Timothée Parrique

Pour en savoir plus sur Theo Guillaumin suite au podcast

Théo Guillaumin sur Linkedin

Les épisodes de podcast dont on parle

Franck Lopvet
François Mazon

Envie toi aussi de trouver le métier qui a du sens pour toi ? J’ai une invitation à te faire : le bilan de compétences nouvelle génération

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :